Ouvert en plein centre ville de Rochefort dans les années 50, le collège d’enseignement technique s’est transformé en un lycée professionnel en 1981 lors de son emménagement dans des nouveaux locaux près du centre sportif du polygone.

         A ce jour, il accueille environ 530 élèves de sections tertiaires et industrielles, du niveau 3ème jusqu’à l’enseignement supérieur.

            Pourquoi ce nom ?

         C'est une époque noire de notre histoire que celle des années 40, en pleine Seconde Guerre Mondiale. Une période de tuerie, de barbarie, de traîtrise mais aussi et surtout de courage. Courage de personnes qui se sont sacrifiées pour leur idéal, pour leur honneur, tout simplement pour les autres. Gilles Jamain était de ceux-là, de ceux qu'on ne peut oublier malgré le temps qui passe.

gj.jpg
Gilles JAMAIN, mort pour la France
le 3 septembre 1943 à l'âge de 18 ans.

Après la défaite militaire de 1940, des groupes de résistants se forment en France et bien sûr à Rochefort, afin de ne pas baisser les bras face à l'envahisseur nazi. Des tracts sont distribués comme "La France Continue", ou bien encore "Vaincu peut-être ! Soumis jamais !".
         Seulement, à partir de 1942, le temps de l'occupation "correcte" se termine, les Allemands répriment désormais sévèrement toutes les manifestations et les actes de résistances. Suite à la rupture du pacte Germano-soviétique et à l'entrée en guerre de La Russie contre l'Allemagne, les groupes communistes normalisent leur rapport avec la résistance.

         Les Allemands vont alors, en représailles, décimer ces derniers. Gilles Jamain en était, il fût exécuté le 3 septembre 1943 avec Maurice Chupin et Jospeh Nadeau.

         La reconnaissance de Rochefort envers les frères Jamain.

         En souvenir des Frères Jamain et de leur sacrifice, la ville de Rochefort décida le 25 février 1946 de nommer une rue "Rue des frères Jamain". Elle est située entre la rue Anatole France et le boulevard Buisson. Rappelons pour mémoire que :

·         André, Amédée Jamain est mort pour la France le 28 juillet 1945 en déportation.

·         René, Jean Jamain est mort pour la France en décembre 1944 en déportation.

·         Gilles, Robert Jamain a été fusillé le 3 septembre 1943 à Biard (86).